Soyez informé

Vélo Espace vous invite à vous inscrire à l’infolettre, de cette façon vous recevrai en primeur chaque nouvelle chronique ou essai routier. De plus, l’infolettre vous tiendra au courant des promotions offerte en magasin.

Le temps des Fêtes est toujours une bonne occasion pour mettre nos bonnes habitudes de vie en veilleuse. Puis vient janvier, le fameux mois des résolutions! Afin de bien préparer la saison de vélo, il faut travailler intelligemment et stratégiquement pour éviter les efforts inutiles, souvent synonymes de découragement.  

Nos chroniques / Remise en forme

Commençons par le volet alimentation. Personne ne sera surpris d’apprendre qu’un sportif d’endurance comme un cycliste puisera dans ses réserves de graisse comme source d’énergie. Les sucres sont aussi une très bonne source d’énergie pour le sportif d’endurance, mais disons plutôt une source rapide d’énergie. En modifiant quelque peu vos habitudes alimentaires et votre entraînement, vous perdrez vite les quelques kilos indésirables et gagnerez en endurance.

L’hiver est le moment parfait pour travailler les petits défauts avant d’entrer dans la grosse saison. En coupant le plus possible les sucres artificiels dans votre alimentation, vous forcerez votre organisme à se rappeler qu’il peut aussi puiser dans ses graisses pour fonctionner. Consommer du sucre, le brûler rapidement à l’entraînement, puis en reconsommer pour refaire ses énergies : voilà un scénario classique et trop facile, un peu comme un cercle vicieux. Petits trucs : évaluez la qualité des aliments que vous mangez au déjeuner et au dîner pour faire attention au sucre. Et pour le souper, puisque nous ne sommes pas des Olympiens, permettons-nous un peu de bonnes choses de la vie!

Côté entraînement, en diminuant les sucres et en travaillant en endurance, vous observerez très rapidement des changements. L’endurance est primordiale pour un cycliste, et l’hiver est un bon moment pour travailler cette qualité. De plus, il faut s’accorder un repos de l’entraînement en intensité pour ne pas se brûler. N’oubliez jamais que le surentraînement peut entraîner une blessure qui pourrait gâcher votre saison.

Mais comment observer si vous travaillez bien votre endurance sans moyen technologique? Fort simple : évitez l’essoufflement! Autrement dit, vous devriez pouvoir parler sans problème, question d’habituer votre organisme à maintenir un certain niveau d’effort sur une bonne période. Pour ce type d’effort, la consommation de produits énergétiques ne devrait pas être nécessaire. Votre diète normale devrait en fait suffire à vous procurer l’énergie requise à l’entraînement. Tout de même, n’oubliez pas de vous hydrater!

Le but n’est pas de vous épuiser, mais bien de travailler en intensité de base pour construire une bonne fondation. Ce type d’entraînement vise à éliminer quelques kilos superflus, mais aussi à augmenter votre capacité à rester confortable sur une longue période, à un certain niveau d’effort. Un cycliste endurant supporte mieux ensuite l’entraînement en intensité, moment où les progrès seront très importants.

Mais chaque chose en son temps : bâtissez une solide fondation, évitez les blessures et soyez fin prêt à monter l’intensité d’un cran à l’approche de la saison.

Bon entraînement!

Retourner en haut